Méthodes agiles, la solution miracle ?

Méthodes agiles, la solution miracle ?

Peux-être avez-vous déjà entendu parlé dans le domaine de la gestion de projet de méthodes agiles ? Devenues incontournables ces dernières années dans le domaine des nouvelles technologies puis dans tous les domaines, elles ont longtemps été mal considérées mais sont désormais utilisées dans tous les secteurs.

Les méthodes agiles sont de nature itératives et incrémentales. Cela permet d’adapter nos développements au fur et à mesure et de s’assurer que les solutions proposées sont toujours en adéquation avec les attentes de nos clients, de gérer les impondérables et cela sans compromettre la qualité tout en améliorant la communication de l’équipe.

En somme, cela nous permet de mieux gérer les priorités, d’améliorer notre productivité tout en offrant une meilleure visibilité.

De notre côté, nous faisons notre propre cuisine, une bonne part de SCRUM et une myriade d’autres ingrédients adaptés à nos projets et à ceux de nos clients.

Les méthodes agiles doivent respecter quelques fondamentaux :

  • elles doivent être construites par l’équipe,
  • elles doivent être construites de manière itérative et incrémentale,
  • elles doivent être collaboratives,
  • elles doivent nous engager dans la voie de l’amélioration continue.

Notre cuisine interne est donc en constante évolution, une nécessité au fur et à mesure que l’équipe grandit. En effet les outils d’hier ne sont pas les outils d’aujourd’hui, qui eux-mêmes ne seront pas les outils de demain. Nous permettons à chacun de proposer des ajustements pour un profit mutuel.

Alors, ces méthodes de gestion de projets sont-elles la solution miracle ?

Malgré les nombreux avantages, ces méthodes ne sont pas applicables avec tous les clients. Les échanges avec le client sont nombreux mais beaucoup moins formels, et il est plus difficile de garder une traçabilité de tout. De même, la documentation peux facilement passer à la trappe. Enfin, si le client est amené à nous demander des modifications majeures du logiciel, les implications en terme de design et d’ergonomie peuvent-être désastreuses.

Pour nos clients :

  • Une grande satisfaction pour le client qui voit naitre et grandir son projet qu’il peut adapter à ses besoins métiers, nous donner son feedback. Il obtient en fin de compte le logiciel dont il a réellement besoin plutôt que celui prévu dans le cahier des charges initial,
  • Une réduction des coûts importante puisqu’il est possible de modifier les priorités et d’adapter les fonctionnalités tout au long du développement qui s’effectue en cycle court.

En réalité tout cela dépend de l’engagement du client envers son propre projet. S’il ne s’investit pas durant la phase de développement de son projet et valide sans réel contrôle les différentes étapes clés, s’en suit alors une version finale bien moins qualitative.

Pour l’agence :

  • Collaboration, c’est le mot à retenir. Permettre aux designers de communiquer librement avec les développeurs, chacun expliquant sa vision et les contraintes de son métier, permet une meilleure vision du travail de chacun, la compréhension et l’adhésion aux choix techniques,
  • Visibilité de l’avancement du projet.

Ces échanges permettent de concevoir des applications robustes tant au niveau de la conception qu’au niveau du code. Ils permettent également une bonne conception accompagnée de choix techniques pertinents pour améliorer l’expérience utilisateur sur toutes les plate-formes.

En conclusion, nous avons un retour d’expérience très positif qui nous pousse à continuer et améliorer nos outils pour toujours mieux servir nos clients dans des objectifs communs.

|
Pinterest